Complexe et libérateur, Jerada est une rencontre Orient-Occident qui déplace les enjeux de la fête et du mystique.

Par un tour du monde en quelques danses, Thomas Lebrun libère un imaginaire jubilatoire.

Bruno Bouché conjugue mémoire de Kurt Jooss et trempe dénonciatrice de Pasolini.

Du geste à la narration et même à la construction de la pièce, Noé Soulier nous invite à un jeu d’illusions.

Pour conclure son premier gala Plus plus en beauté, le Ballet nancéien nous a offert une création de Thomas Hauert.

Cette histoire destinée au jeune public et à notre part enfantine nous touche parce qu’elle est faite de paysages et de danse pure.

Une nouvelle génération de danseurs s’approprie le matériau chorégraphique de Zeitung, créé il y a dix ans.

Pages

Complexe et libérateur, Jerada est une rencontre Orient-Occident qui déplace les enjeux de la fête et du mystique.

Par un tour du monde en quelques danses, Thomas Lebrun libère un imaginaire jubilatoire.

Bruno Bouché conjugue mémoire de Kurt Jooss et trempe dénonciatrice de Pasolini.

Du geste à la narration et même à la construction de la pièce, Noé Soulier nous invite à un jeu d’illusions.

Pour conclure son premier gala Plus plus en beauté, le Ballet nancéien nous a offert une création de Thomas Hauert.

Cette histoire destinée au jeune public et à notre part enfantine nous touche parce qu’elle est faite de paysages et de danse pure.

Une nouvelle génération de danseurs s’approprie le matériau chorégraphique de Zeitung, créé il y a dix ans.

Pages