Ce soir-là, le festival de danse parisien délocalisé à Créteil-Soleil eût pu être rebaptisé Faits Diverrès, ayant fait la part belle à la chorégraphe du même nom.

Un programme très contrasté avec deux créations que tout oppose, et un prélude. De Nijinski à Nijinska.

A travers la figure de Giselle, le musicien et chorégraphe Aurélien Richard met en scène les coulisses du Ballet. 

Une création drôle et originale dans le cadre de Faits d’Hiver au Carreau du Temple.

Peu vue en France, la chorégraphe danoise Lene Boel a présenté trois pièces, dont une création, au festival Suresnes Cités danse.

La première pièce tous publics de Farid Berki retrace avec une grande finesse le parcours à travers l’enfance.

Oh! Qué mambo! chantaient Dario Moreno et Magali Noël dans un nanar des fifties. Che malambo! dansent en rythme douze chicos venus de la pampa à Paname…

Une course fraternelle et fort sympathique. Le dernier opus d'Ashley Chen déborde de générosité et d’humour.

Pages

Ce soir-là, le festival de danse parisien délocalisé à Créteil-Soleil eût pu être rebaptisé Faits Diverrès, ayant fait la part belle à la chorégraphe du même nom.

Un programme très contrasté avec deux créations que tout oppose, et un prélude. De Nijinski à Nijinska.

A travers la figure de Giselle, le musicien et chorégraphe Aurélien Richard met en scène les coulisses du Ballet. 

Une création drôle et originale dans le cadre de Faits d’Hiver au Carreau du Temple.

Peu vue en France, la chorégraphe danoise Lene Boel a présenté trois pièces, dont une création, au festival Suresnes Cités danse.

La première pièce tous publics de Farid Berki retrace avec une grande finesse le parcours à travers l’enfance.

Oh! Qué mambo! chantaient Dario Moreno et Magali Noël dans un nanar des fifties. Che malambo! dansent en rythme douze chicos venus de la pampa à Paname…

Une course fraternelle et fort sympathique. Le dernier opus d'Ashley Chen déborde de générosité et d’humour.

Pages